Le modèle suédois (1)

Au début il y a le concept IKEA. Non, pas le « design démocratique », ni le kit en cartons plats, l’autre concept. Celui du magasin-showrom-entrepôt-restaurant. Depuis toujours l’enseigne suédoise fidélise et accroit sa présence, dans le monde entier, via ses magasins. Et à l’heure d’Internet, ne pratique la VPC qu’avec parcimonie et sans faire d’effort sur le coût des livraisons.

Le magasin IKEA est un temple et le fidèle doit s’y rendre. Il s’y rend avec plaisir habituellement, s’en fait même une fête, l’occasion d’une sortie familiale. Et rarement gratuite. On ne sort pas du magasin IKEA les mains vides. C’est inconcevable. Mais avec la joie, presque la fierté, d’avoir trouvé le « truc » nouveau, l’objet que l’on cherchait, le meuble indispensable. (Les voitures sont souvent trop petites pour les fidèles IKEA).

Quel rapport avec les bibliothèques ? Aucun, souvent. Et c’est justement le souci. Pour caricaturer on dirait que le magasin IKEA est une non-architecture pleine de vie, la bibliothèque souvent une sur-architecture pleine de vide. Car ce n’est pas le contenu qui fait le plein, c’est l’organisation du contenu qui rempli le vide.

Un magasin IKEA n’est pas un magasin de meuble ou de décoration, c’est un parcours initiatique qui doit transformer le visiteur en fidèle. Et procurer au fidèle une expérience renouvelée, à la fois familière et surprenante. Rien de moins.

En quelques mots, déroulons ce parcours : On entre au premier niveau, qui n’est pas forcément le rez-de-chaussée : immédiatement après l’entrée, le Smaland, l’espace des enfants avec animateurs qualifiés, gratuit, sécurisé. On monte tout de suite au niveau haut. C’est là le coeur du magasin : un immense plateau mais qui n’apparait jamais dans sa totalité puisque divisé en autant d’univers correspondant aux différentes pièces de la maisons, ou familles de meubles. Dans chacun des univers un espace d’exposition de meubles assez traditionnel bordé par des mises en situation avec de véritables pièces totalement reconstituées et décorées. Chacune développant une ambiance différente et illustrant le potentiel créatif du mobilier. Les univers sont reliés par un chemin balisé qui serpente de façon à optimiser la zone de curiosité du visiteur tout en évitant l’ennui des allées droites. A la sortie de ce labyrinthe où l’on ne peut se perdre, le restaurant suédois, un self spacieux et lumineux et la descente vers le niveau inférieur : un immense libre service d’objets de maison, vaisselles, luminaires, tissus, etc. suivi du dépôt de meubles où le client se sert directement sur les rayonnages en fameux paquets plats. Enfin, on parvient aux caisses et derrière, pour finir, une épicerie suédoise et une cafétéria.

Pour résumer : on découvre, on touche, on note avec son petit crayon de bois offert, on s’inspire, on planifie avec les ordinateurs mis à disposition, puis on fait son choix, on se sert, on se fait plaisir. Le chariot se remplit. D’abord la découverte puis la satisfaction. Mais aussi prendre le temps de manger, boire un verre, laisser jouer les enfants. Oublier le temps.

J’essaierai de cerner dans une seconde partie, en quoi ce modèle extrêmement élaboré pourrait inspirer les bibliothèques pour les rendre aussi attractives qu’un magasin IKEA. Ce qui est toujours plus difficile lorsqu’il n’y a rien à vendre.

Le salaire du créateur

Le projet de loi Hadopi aura peut-être pour seul mérite, voire pour seul effet, de remettre sur le devant de la scène la question de la « nécessaire rémunération des artistes ». Posé comme ça, c’est à dire comme un menhir dans une lande bretonne, ça semble une évidence éternelle qu’un artiste doit être rémunéré. Derrière le préchi-précha que tout le monde a le droit de vivre de son travail, on en arrive à considérer la création artistique comme un « travail » et c’est là que le bat blesse comme on dit.

Je ne suis pas du tout spécialiste de la question du droit d’auteur, mais il me semble que le droit patrimonial n’a jamais signifié que l’art était une marchandise comme les autres, quoiqu’en ai pensé Warhol (mais est-ce si sûr ?). Il me semble normal que, lorsqu’une exploitation commerciale est faite du travail d’un artiste, celui-ci ai le droit de percevoir une somme d’argent qui pourra être forfaitaire ou/et un pourcentage sur le produit de la vente. Le créateur ou l’interprète est rétribué dans ce cas, c’est légitime, et on pourra s’étonner qu’il le soit si peu, en pourcentage sur le prix total du produit, alors qu’il en est lui même la valeur intrinsèque. Vous achèteriez un CD d’Universal ? non, vous achetez un CD de Thomas Dutronc ou de Yves Simon. Universal on s’en fout. Le disque serait auto-produit, pour nous, le client, ce serait la même chose. Sauf qu’il serait sans doute moins cher et qu’il rapporterait davantage à son auteur.
Mais là n’est pas la question. J’achète un CD (ou un DVD) : c’est à la fois un objet (parfois esthétique, informatif, valorisant), une technologie (j’achète une qualité sonore irréprochable, du moins en théorie) et un contenu. Mais il faudrait distinguer : si j’achète bien un objet CD, je ne fait que bénéficier (ou pas) d’une technologie et je n’ai aucune possession sur le contenu. En fait, je ne paie pas le contenu. Je paie pour l’obtenir c’est tout. La preuve en est, que j’ai parfaitement le droit de le faire entendre à toutes les personnes présentes chez moi (il n’y a que l’exécution publique qui donne lieu à l’intérêt de la SACEM), que je peux le prêter à qui je veux, le revendre, le donner, etc. et que je peux l’écouter autant de fois que je veux. Ce n’est pas l’auteur qui me donne ces droits là, c’est juste la possession de l’objet CD.

Je plains les producteurs et techniciens de disques : le système qui génère pour une bonne part leurs revenus, qui a été mis en place et jamais révisé par les maisons de disques, repose sur le commerce d’un objet. Supprimez l’objet, il n’y a plus de revenus directs. Cela a fait la fortune des maisons de disques (les « majors ») et cela fera la paupérisation et peut-être la disparition, sous leur forme actuelle, des métiers de la musique. Les compagnies, pour leur part, réviseront leur « business plan » et trouveront d’autres débouchés, quitte à réduire beaucoup la voilure. Mais ce sont les bénéfices qui comptent, peu importe le chiffre d’affaire.

Si je télécharge le même album sur Internet, j’ai le choix entre un téléchargement dit légal, donc payant et cher (pratiquement le même prix que le bon vieux CD que je reçois le lendemain en commandant par un disquaire en ligne) et le téléchargement dit illégal, donc gratuit. Pendant quelques temps les fichiers téléchargés légalement avaient la particularité d’être bridés de plein de manières diverses et variées, mais avec la généralisation du format MP3 et l’abandon des DRM ils sont devenus aussi utilisables, et parfois meilleurs techniquement, que les fichiers illégaux. Un vrai progrès, en somme. Sauf que les fichiers légaux sont condamnés à se retrouver sur les serveurs illégaux… et la boucle est bouclée. Le problème de la musique dématérialisée est insoluble.
Ce qui explique aussi que la seule réponse qu’ait trouvé le gouvernement soit une usine à gaz juridique et technique qui débouche inévitablement sur une utopie de filtrage intégral du net français. Et qui ne rapportera rien de plus au créateurs, donc de moins en moins, en suivant la même pente que celle de la vente de CD.

Si on repose le problème de façon plus provocatrice : les artistes ne sont pas des salariés ni des artisans, s’ils vivent de leur création c’est un privilège rare mais rien ne semble justifier qu’il faille payer à priori pour pouvoir les entendre, les lire ou les voir. Eux-même ne devraient pas le souhaiter mais plutôt désirer que leur création soit le plus largement accessible, librement, à tous. Internet permet cela, tout comme les bibliothèques. Que l’on paie pour les voir en concert, pour obtenir des mises en support ou en valeur de leur création, des produits dérivés…, évidemment. C’est aussi une manière pour leur public de soutenir leur travail et il en a toujours été ainsi.

Le vrai danger c’est la destruction du tissu professionnel qui permet aux artistes de réaliser leurs oeuvres. Et c’est pourquoi la licence globale est bonne. Quelle autre dispositif permettrait de continuer à irriguer la profession de façon régulière et responsable ? Tout comme la taxe sur la copie apposée aux support de stockage, qui sans autoriser la copie hors du cercle de famille, permet d’en compenser la pratique, la licence globale ne légaliserait pas la contrefaçon lucrative mais dépénaliserait la copie personnelle donc le P2P.

J’en suis là dans mes réflexions…

Du copiste au pirate

Le projet de loi « Création et Internet », dit Hadopi pour les initiés, agite vigoureusement le cortex cérébral du net français et peu à peu pénètre dans des régions plus retirées comme la presse écrite. On distingue même quelques frémissements d’intérêt dans les médias audiovisuels, c’est dire. Pourtant il y a là tous les ingrédients d’une bonne dramaturgie.

Alors que les partisans du projet gouvernemental se voient qualifiés de copistes (en référence à l’opposition que livrèrent ces moines au développement de l’imprimerie), les copieurs de fichiers musicaux ou filmiques sont eux habituellement désignés sous le terme de pirates.

On voit que la simplification fonctionne à plein et des deux côtés. Les anciens contre les modernes. Les bons citoyens contre les délinquants. Il faut choisir son camp, et vite, car le navire culturel sombre. Sombre-t-il, d’ailleurs ? Là encore les avis divergent et les artistes eux-mêmes ne semblent pas tous d’accord.

S’il y a une vraie piraterie dans tout cela, elle serait plutôt dans cette guerre ouverte que se livrent deux conceptions de la culture. Les boulets rouges ne craignent pas de percer sous la ligne de flottaison : désinformation, chiffres douteux, experts et contre experts, sondages commandités, informations parcellaires, juges et parties, hauts cris de tous côtés… Chaque vaisseau a sa stratégie, ses alliances et ses armes. Mais la carte du conflit est assez embrouillée.

Sortons le gros marker rouge pour tracer une ligne de démarcation parmi cette flottille très énervée. A ma droite, bien entendu, les tenants d’un retour à l’ordre et à la justice (et accessoirement à une économie saine et profitable) : deux navires amiraux, l’industrie culturelle qui s’estime spoliée et le gouvernement qui estime nécessaire de restaurer un état de droit, de défendre des emplois et de protéger les conditions de vie des artistes. A cela il faut ajouter quantité d’embarcations aux puissances de feu variées : les sociétés de gestion des droits d’auteurs qui s’estiment à la fois spoliées et responsable des conditions de vie de ces mêmes artistes, quelques uns de ces mêmes artistes qui vivent de leurs droits, etc…
A ma gauche, les tenants d’un accès sans limite à la culture, : 35% des français, selon un sondage, copient illégalement donc on peut penser qu’ils y sont favorables, des associations de défense du consommateur, la majorité des internautes actifs de type web 2.0, les partis de gauche et même du centre, la quasi totalité des moins de 30 ans, les enfants (oui les enfants ne comprennent absolument pas pourquoi ils ne peuvent pas regarder le dernier Disney pas encore en DVD alors qu’il suffit de le télécharger sur Internet comme la copine, et essayez donc d’expliquer la règle des dates de sortie, le droit d’auteur, etc… dans ces circonstances). A la périphérie de ce front, tantôt tirant quelques salves depuis les brumes lointaines, tantôt plaçant des torpilles sous les quilles de la flotte de tribord mais envoyant des émissaires par prudence : les FAI qui ont beaucoup à perdre ou plutôt à dépenser dans cette affaire. Puisqu’en définitive ils seront chargés du sale boulot. Surveiller, filtrer, dénoncer, couper. Leurs clients.

Au jeu de la schizophrénie qui va gagner ?

Les FAI devant dénoncer leurs clients.

Le gouvernement devant mécontenter ses électeurs.

Les industriels de la culture faisant payer au prix fort la continuité d’un modèle économique basé sur la vente de CD ou DVD alors qu’aucun jeune de moins de 25 ans n’en achète plus tellement c’est incommode et dépassé.

Les artistes… du moins certains artistes qui considèrent leurs fans comme des criminels.

Personne ne sortira indemne de cette bataille, ni la population qui se verra imposer toutes sortes de contraintes pour justifier de son innocence, ni les industriels qui verront leur chiffre d’affaire continuer une chute inexorable, ni les FAi qui apparaitront comme des intermédiaire du pouvoir et devront avancer les coûts d’investissements dont ils ne seront jamais remboursés, ni les cellules pensantes du Ministère de la Culture qui font chaque jour la démonstration d’un amateurisme ahurissant (on contrôle les ordinateurs, et aussi les box, et le wifi, euh… c’est pas suffisant, alors les disques durs, demain quoi d’autre ?)…

Ah, si ! Un seul sortira totalement indemne de toute cette bataille. Le pirate, le vrai. Celui qui accède aux réseaux les plus fermés, celui qui connait toutes les astuces pour tromper les mouchards, celui qui va faire accuser à sa place son voisin de palier en lui usurpant son identité. Et ils vont prospérer les pirates. Toujours plus nombreux. Et méritant enfin leur nom.

Article 1 : le pourquoi du comment

Pourquoi commencer un blog en 2009, alors que tout le monde (ou presque) a déjà le sien ? Alors que ce genre de site est déjà en surnombre sur la toile, pour ne parler que de ceux qui méritent la lecture, que tout est dit sur tout et par toutes sortes d’opinions et de talents…

Voilà où mes ruminations me menaient depuis des mois (années ?) et puis voilà… un peu plus d’espace d’hébergement, l’envie de tester WordPress, une soudaine inspiration… et c’est la naissance de « Ainsi de suite », le blog qui se déroule tranquillement au gré des inspirations et des désirs. C’est la ligne éditoriale.