Du copiste au pirate

Le projet de loi « Création et Internet », dit Hadopi pour les initiés, agite vigoureusement le cortex cérébral du net français et peu à peu pénètre dans des régions plus retirées comme la presse écrite. On distingue même quelques frémissements d’intérêt dans les médias audiovisuels, c’est dire. Pourtant il y a là tous les ingrédients d’une bonne dramaturgie.

Alors que les partisans du projet gouvernemental se voient qualifiés de copistes (en référence à l’opposition que livrèrent ces moines au développement de l’imprimerie), les copieurs de fichiers musicaux ou filmiques sont eux habituellement désignés sous le terme de pirates.

On voit que la simplification fonctionne à plein et des deux côtés. Les anciens contre les modernes. Les bons citoyens contre les délinquants. Il faut choisir son camp, et vite, car le navire culturel sombre. Sombre-t-il, d’ailleurs ? Là encore les avis divergent et les artistes eux-mêmes ne semblent pas tous d’accord.

S’il y a une vraie piraterie dans tout cela, elle serait plutôt dans cette guerre ouverte que se livrent deux conceptions de la culture. Les boulets rouges ne craignent pas de percer sous la ligne de flottaison : désinformation, chiffres douteux, experts et contre experts, sondages commandités, informations parcellaires, juges et parties, hauts cris de tous côtés… Chaque vaisseau a sa stratégie, ses alliances et ses armes. Mais la carte du conflit est assez embrouillée.

Sortons le gros marker rouge pour tracer une ligne de démarcation parmi cette flottille très énervée. A ma droite, bien entendu, les tenants d’un retour à l’ordre et à la justice (et accessoirement à une économie saine et profitable) : deux navires amiraux, l’industrie culturelle qui s’estime spoliée et le gouvernement qui estime nécessaire de restaurer un état de droit, de défendre des emplois et de protéger les conditions de vie des artistes. A cela il faut ajouter quantité d’embarcations aux puissances de feu variées : les sociétés de gestion des droits d’auteurs qui s’estiment à la fois spoliées et responsable des conditions de vie de ces mêmes artistes, quelques uns de ces mêmes artistes qui vivent de leurs droits, etc…
A ma gauche, les tenants d’un accès sans limite à la culture, : 35% des français, selon un sondage, copient illégalement donc on peut penser qu’ils y sont favorables, des associations de défense du consommateur, la majorité des internautes actifs de type web 2.0, les partis de gauche et même du centre, la quasi totalité des moins de 30 ans, les enfants (oui les enfants ne comprennent absolument pas pourquoi ils ne peuvent pas regarder le dernier Disney pas encore en DVD alors qu’il suffit de le télécharger sur Internet comme la copine, et essayez donc d’expliquer la règle des dates de sortie, le droit d’auteur, etc… dans ces circonstances). A la périphérie de ce front, tantôt tirant quelques salves depuis les brumes lointaines, tantôt plaçant des torpilles sous les quilles de la flotte de tribord mais envoyant des émissaires par prudence : les FAI qui ont beaucoup à perdre ou plutôt à dépenser dans cette affaire. Puisqu’en définitive ils seront chargés du sale boulot. Surveiller, filtrer, dénoncer, couper. Leurs clients.

Au jeu de la schizophrénie qui va gagner ?

Les FAI devant dénoncer leurs clients.

Le gouvernement devant mécontenter ses électeurs.

Les industriels de la culture faisant payer au prix fort la continuité d’un modèle économique basé sur la vente de CD ou DVD alors qu’aucun jeune de moins de 25 ans n’en achète plus tellement c’est incommode et dépassé.

Les artistes… du moins certains artistes qui considèrent leurs fans comme des criminels.

Personne ne sortira indemne de cette bataille, ni la population qui se verra imposer toutes sortes de contraintes pour justifier de son innocence, ni les industriels qui verront leur chiffre d’affaire continuer une chute inexorable, ni les FAi qui apparaitront comme des intermédiaire du pouvoir et devront avancer les coûts d’investissements dont ils ne seront jamais remboursés, ni les cellules pensantes du Ministère de la Culture qui font chaque jour la démonstration d’un amateurisme ahurissant (on contrôle les ordinateurs, et aussi les box, et le wifi, euh… c’est pas suffisant, alors les disques durs, demain quoi d’autre ?)…

Ah, si ! Un seul sortira totalement indemne de toute cette bataille. Le pirate, le vrai. Celui qui accède aux réseaux les plus fermés, celui qui connait toutes les astuces pour tromper les mouchards, celui qui va faire accuser à sa place son voisin de palier en lui usurpant son identité. Et ils vont prospérer les pirates. Toujours plus nombreux. Et méritant enfin leur nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.