La guerre du streaming audio

Deezer ayant été célébré par le gouvernement lors des discussions Hadopiennes (belle consécration pour un site dont les débuts furent plutôt classés du côté des pirates…), un regain d’intérêt se manifeste pour les divers sites de streaming audio. Orange vient même de lancer le sien : WorMee.

Un comparatif serait intéressant. En attendant j’ai testé un peu Jiwa, ça ressemble beaucoup à Deezer, en moins flashy. La base de titres semble aussi un peu moins fournie mais c’est assez rapide, ergonomique et sans pub (pour le moment).

Pour illustrer, une toute petite compil’ des titres qui ont illuminés mon adolescence (parfois tardive). Je la complèterai par la suite.

Neulander (Smoke + fire) : l’album sorti de nulle part

Neulander est une énigme pour moi. Comment ces deux-là ont pu produire en 2004 un album miraculeux (pour moi, s’entend) et disparaitre de la scène, je ne me l’explique pas. Miraculeux à plus d’un titre : il est rare que j’ai autant écouté un disque et à chaque fois retrouvé les mêmes émotions ou encore d’autres. Et ce disque est difficile à classer, complexe, croisement de toutes sortes d’influences et pourtant sobre, simple et presque minimaliste. Survolé par une voix étrange et étrangère. (*)

Neulander c’est le groupe. On a juste les informations fournies par leur label Disko B ici et . Et abondamment reprises partout.

Et une page MySpace.

Pour résumer, Neulander c’est l’association, pour un album, de Korinna Knoll, artiste graphiste et chanteuse d’origine autrichienne et de Adam Peters, anglais .  Si la première semble pratiquement inconnue, le second est un musicien renommé, violoncelliste, compositeur et surtout arrangeur et instrumentiste pour des groupes anglais phares des années 80 : Echo and The Bunnymen, Souxie and The Banshees ou encore Lloyd Cole.

Il s’installe à New York ensuite, où il travaille sur des musiques de films et de séries TV. C’est là qu’il rencontre Korinna Knoll. Le couple, marié dans la vie, travaille ensemble sur le projet Neulander. Leurs premiers enregistrements ( CD 4 titres « Sex, God + Money ») en 2003 sont remarqués par le New York Times et la critique musicale. L’année suivante sort l’album 10 titres « Smoke + fire » et une tournée américaine puis européenne (Allemagne, Autriche) jusqu’en 2005.

Le couple quitte New York cette année-là pour s’installer en Californie à Joshua Tree dans le désert. Les motivation de Adam Peters  : «  »Nous avons voulu vivre au milieu de nulle part à proximité de quelque chose. Nous avons suffisamment visité de galeries d’art et avons été à suffisamment de concerts et je n’ai pas envie de voir ou d’entendre quoi que ce soit d’autre. Tout ce que je voulais faire était de travailler. » (source)

Sur la page MySpace on peut écouter deux morceaux inédits et voir deux photos : une de concert et une de leur jardin sans doute : un hamac, des cactus, un foyer éteint et un lapin en spectateur.

Découvrez la playlist Neulander avec Neulander

(*) qui n’est pas sans me faire penser à celle de Lætitia Sadier
la chanteuse de Stereolab.

Mogwai : la plaine et l’orage

Mogwai est depuis plusieurs années l’un de mes groupes favoris. Je pourrais néanmoins tirer ici une assez longue liste… mais les groupes dont on attend la possibilité d’un concert, que l’on se réserve pour une rencontre à venir, ne sont pas si nombreux finalement (Wedding Present, Stereolab, Smashing Pumpkins, Portishead, Chemical Brothers, Air, …)

Quand j’ai vu qu’ils passaient en concert à l’Astrolab à Orléans je n’ai pas trop eu d’hésitation. C’était le mois dernier et je suis toujours sous le choc.

Difficile de décrire cette musique assez austère et pas toujours « aimable ». La classification post-rock en vigueur n’a pas de sens précis. Mogwai ce sont des morceaux le plus souvent instrumentaux, faits de ruptures plus ou moins violentes entre des plages immenses d’un paysage sonore se déployant peu à peu vers le lointain (l’influence de leur Écosse natale peut-être) et des murs de sons opaques et presque palpables. Merci d’ailleurs à l’ingénieur du son qui obtient ce miracle que les tympans soient toujours fonctionnels après ces concerts…

Musique en suspension, en lévitation pourrait-on dire à moins que ce ne soit l’auditeur, portée par des musiciens d’une précision horlogère. Association parfaite des lignes de guitares et de la musique électronique. Héritiers tout autant de Sonic Youth que de Steve Reich.

L’album live « Government Commissions : BBC » en est le témoignage fidèle.


Découvrez Mogwai!