Recharger son e-book à l’e-bib (partie 3)

Résumé des précédents épisodes : si l’offre des lecteurs d’e-books se développe rapidement, on constate que les bibliothèques sont encore assez prudentes à proposer des livres électroniques et plus encore des lecteurs. La faute au prix des appareils ou à leur inadaptation aux spécificités des bibliothèques ?

L’un et l’autre sans doute. Et si la solution était dans l’énoncé du problème ?

Imaginons un lecteur d’e-book spécialement conçu pour les bibliothèques, que l’on pourrait prêter aux usagers. Il pourrait répondre aux exigences suivantes :

– facile d’usage (navigation par une croix comme sur une console de jeu, par exemple)
– solide
– capable de lire les e-books audios
– doté d’une prise USB permettant le transfert des fichiers d’e-books et de recharger la batterie
– doté d’un récepteur Wifi permettant l’accès Internet, limité au site de la bibliothèque (informations, agenda, catalogue, compte), et le téléchargement des fichiers d’e-books

Pour faire baisser au maximum le prix, la mémoire interne serait limitée aux besoins de l’appareil (faible évolutivité), les formats de fichiers supportés pourront exclure ceux demandant le paiement d’une licence d’usage, le système utilisé serait un linux adapté (licence gratuite et stabilité). A part l’écran, qui doit représenter la plus grosse part du coût, le reste des technologies est très bon marché et éprouvé. (Le Kindle est d’ailleurs conçu sur la même base avec quelques raffinements supplémentaires : clavier, gestion email et photos, réseau 3G, etc).

Fabriqué en OEM (Original equipment manufacturer) avec ce cahier des charges (ou trouvé en marque blanche s’il existe déjà), je pense que le prix unitaire pourrait ne pas dépasser les 100 € pour plusieurs milliers de pièces fabriquées. Un fournisseur traditionnel de matériel pour bibliothèque ou mieux encore un groupement professionnel (dans l’esprit de Carel) pourrait se charger du cahier des charges, de trouver un fabricant (il existe aussi de nombreuses sociétés de sourcing en Chine pour cela) et d’assurer la vente.

A 100€, la plupart des bibliothèques, même de taille moyenne, pourraient se constituer un parc de lecteurs robustes, standardisés et parfaitement adaptés.

Imaginons :

Je viens m’inscrire à la bibliothèque de ma ville. L’inscription est gratuite bien entendu (la gratuité fera à coup sûr l’objet d’un prochain article) et je me vois proposé le prêt d’un lecteur d’e-books. Je m’étonne qu’un objet de cette valeur me soit confié mais aussitôt la personne de l’accueil me ramène à la réalité : « il s’agit d’un lecteur qui ne fonctionne que pour les e-books que nous proposons, l’accès Internet est limité aux services de la bibliothèque, vous ne pourriez pas en faire grand chose si vous le gardiez pour vous.  » A la vue de l’appareil, dépouillé et robuste, je remarque qu’on ne peut pas le confondre avec le design sophistiqué des produits commerciaux. Il s’agit d’un outil avant tout. Je l’allume, le démarrage dure quelques secondes, il me demande mon numéro d’inscription et mon code secret. La saisie se fait avec un clavier virtuel sur l’écran. Un menu apparait, la liste de mes livres est encore vide. Une icône m’indique que le réseau Wifi de la bibliothèque est accessible, je sélectionne « télécharger », une liste de nouveautés apparait et une zone de saisie pour faire ma recherche. Pour commencer, je me laisse tenter par le nouveau Dennis Lehane, de toute façon l’exemplaire imprimé est indisponible pour longtemps. Les 800 pages sont téléchargées en quelques dizaines de secondes. Pour varier les plaisirs, je télécharge aussi un essai sur l’économie mondiale et un recueil de poésie, pourquoi pas, ça fait des années que je n’en ai pas lu. J’éteins l’appareil, emprunte quelques magazines et DVD. Au moment où j’allais sortir, sans prendre de livre, de « vrai livre », j’ai un remord et ajoute un ouvrage sur la peinture de Rauschenberg. Les livres d’art sur e-book ne sont pas pour tout de suite… Pris dans les embouteillages sur le chemin du retour, je me laisse tenter à allumer le petit lecteur. La lisibilité est excellente et en grossissant un peu les caractères je peux lire sans difficulté en le posant sur le siège du passager. J’en oublierai presque l’évolution du trafic…  Dans la soirée, je m’installe dans mon canapé avec le fameux lecteur. Posé sur un genou, il s’avère léger, silencieux et ne chauffe pas, tout le contraire d’un ordinateur portable. L’écran est lisible même à la lumière tamisée du lampadaire et sans fatigue. Je décide de tenter un autre téléchargement : le réseau Wifi de ma maison est trouvé immédiatement, il faut que j’entre le mot de passe WPA, et tout de suite je retombe sur la page d’accueil de la bibliothèque. Très bien, je connais la procédure. Puis je vais voir sur mon compte ce que j’ai emprunté et les dates de retour. L’autonomie est d’une vingtaine d’heure avec la batterie… de quoi tenir une grande nuit blanche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.