Recharger son e-book à l’e-bib (partie 2)

On a vu que l’idée d’Amazon pour faire exister le e-book repose sur un concept global ou le lecteur (la liseuse) est une sorte de terminal vers le magasin Amazon qui lui est dédié. Mais pas seulement, car les leçons d’expériences malheureuses avec des solutions trop fermées ont portées leurs fruits. Le Kindle est aussi capable d’accéder à Internet, de lire des fichiers PDF ou Word et d’envoyer des emails. Tout cela de façon très limitée, il va sans dire, le produit n’a pas vocation a être détourné de son usage premier : commander chez Amazon.

Transposons toute cette belle mercatique à nos bibliothèques…

Tout d’abord, qu’en est-il des e-books (les livres) en bibliothèques ?

Au travers des offres de librairies virtuelles comme Numilog ou Cyberlibris certaines bibliothèques permettent le prêt ou la consultation en ligne de documents, le plus souvent en format PDF. La proposition est intéressante, permettre la lecture d’ouvrages sans qu’il soit nécessaire de se rendre à la bibliothèque, mais souffre à mon sens de nombreuses limitations gênantes (observations faites suite à un survol rapide, il est vrai) :

– les offres des bibliothèques sont assez limitées en nombre de titres (j’ai noté un maximum de 1200 titres pour une BU mais souvent il s’agit de quelques centaines voire quelques dizaines de titres)

– la multiplicité des formats de fichiers rendus nécessaires par les diverses plates-formes disponibles (ordinateurs, PDA, mobiles), même si le PDF est toujours disponible mais avec des incompatibilités de version selon les cas, rend le choix difficile

– les limitations de droits sur ces fichiers selon leur origine et leur nature (impression, copie, transfert, etc… possibles ou non)

– l’absence d’interopérabilité (la plate-forme Windows est nettement privilégiée et parfois seule fonctionnelle)

Pour résumé, on ressent un intérêt des bibliothèques pour les e-books, sans doute une volonté de ne pas prendre de retard sur une offre en plein développement, mais aussi une certaine prudence liée probablement à l’incertitude face à la demande, à la complexité des technologies proposées et à leur manque de souplesse et de confort.

Il est vrai que, si la consultation d’un documentaire sur un écran d’ordinateur est pratique, la lecture d’un roman est beaucoup plus pénible. Ce qui explique, je pense, que certaines bibliothèques proposent essentiellement des documentaires alors que l’offre des librairies virtuelles est beaucoup plus large. Si l’ordinateur, trop statique ou trop lourd, et le PDA ou son successeur le mobile de dernière génération (Smartphone, iphone) à l’écran trop petit, sont inappropriés pour une lecture plaisante et similaire à celle d’un livre imprimé, le lecteur d’e-book est lui totalement conçu dans ce but. Je suis convaincu que la « lecture », et non pas la « consultation » de livres électroniques, ne peut passer que par un outil spécifique capable d’apporter un enrichissement de l’usage du livre sans trop retirer à ce qui fait la commodité de l’imprimé.

Par ailleurs, en offrant la possibilité de changer la taille des caractères sans difficulté, en étant parfois capable de lire des textes audio, la liseuse électronique peut apporter beaucoup au public souffrant de difficultés de vue.

Le prêts de lecteurs d’e-books en bibliothèque se heurte à quelques difficultés et en premier lieu au prix des appareils. Une expérience menée par une bibliothèque en Espagne résume bien la situation. Alors, instrument pour publics spécifiques, outils pour professionnels ou étudiants ? Dans un premier temps, on peut envisager de cibler quelques besoins très bien identifiés et de proposer le prêt de liseuses à ces publics. Mais cela ne sera pas satisfaisant longtemps, surtout si l’usage s’en répand peu à peu, notamment par le biais du monde du travail comme outil de consultation de documentation ou d’archives (littérature grise). Après tout, c’est ainsi que l’informatique est entrée dans les maisons.

Une autre voie pourrait être la diffusion d’un lecteur d’e-book spécialement conçu pour les bibliothèques. Cela fera l’objet de la troisième partie de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.