K-5

Le K-5 n’est pas le nom d’un haut sommet himalayen. Juste celui d’un boitier reflex de marque Pentax. Qui, comme tout reflex, est noir, massif, lourd et couvert de boutons et autres molettes. C’est justement ce qui est intéressant.

Du temps de la photographie argentique, j’avais un reflex Pentax, un modèle de grande diffusion, extrêmement robuste. Il fonctionne toujours, dix ans après que je sois passé au numérique, un appui sur le bouton marche et les diodes s’allument dans le viseur… Il m’en est resté un excellent objectif 50mm très lumineux.

Avec le numérique vint le temps des compacts. D’abord basique, puis plus évolués et enfin d’un bridge Lumix parfait avec son zoom équivalent 28-500mm. Presque parfait et tout tient dans le presque, celui-là même qui fait s’alimenter la frustration, la démangeaison du mieux, de l’impossible image où le matériel trace la frontière. Bref, il me fallait retourner au reflex avec tous ces inconvénients et son potentiel quasi inépuisable : changer d’optiques, capter la lumière au-delà de la vue humaine, modeler la profondeur de champ, distordre la perception, retoucher à l’infini sur l’ordinateur labo actuel.

Pentax est un nain à côté des Nikon et Canon. Mais la marque poursuit son activité grâce au soutien sans faille de générations de passionnés qui apprécient son originalité et sa moindre soumission aux dictats du marketing. Pour moi, revenir au reflex c’était retrouver Pentax et pouvoir réutiliser mon vieil objectif de 20 ans d’âge. Il n’y avait pas d’alternative envisageable.

C’est alors que le K-5 est apparu. Le grand retour de la marque dans le très haut du panier. Un boitier semi-professionnel à un tarif encore accessible. La réflexion fut assez courte…

Avec le (gros) chèque, je signais mon retour dans la photographie. Loin du presse-bouton. Quand il faut penser son image avant tout, faire les bons choix d’exposition, de focus… Composer son cadre, imaginer son sens, saisir le fugace, capter le presque rien, le presque tout. Retravailler sur l’écran, inventer de nouveaux sens.

Pour l’instant je fais mes gammes…

Images test Pentax K-5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.