La musique connaît les frontières

Pas facile de rester dans l’écoute ou le téléchargement légal dès lors que l’on souhaite sortir du « marché » national. A priori on pense qu’Internet est international, c’est même l’un de ses intérêts premiers. Oui, mais pas toujours.

Illustration. Je découvre grâce à Télérama (quoi de plus français ?) l’excellent site musical Pitchfork (américain) consacré à la musique indé. On y trouve quantité d’albums critiqués, notés, etc… bref ça donne envie d’écouter. Parfait, à la droite de chaque critique s’incruste un petit player de la société Lala, on clique sur le premier morceau et on a … un extrait de quelques secondes. Ok, c’est comme sur un site de vente. Par acquis de conscience je vais sur le site de Lala directement et c’est du streaming, 7 millions de chansons disponibles, pas mal, et toutes les nouveautés indés (et mainstream aussi : Annah Montana, Beyoncé…). Re-parfait, je sélectionne mon album, au hasard le dernier de Dirty Projectors « Bitte Orca« , je ne connais pas mais il a la note de 9.2/10 sur Pitchfork donc ça semble mériter une écoute. Et voilà… un pop-up « Unfortunately, Lala is currently only available to people in the US. We are working feverishly to expand internationally, so please stay tuned. » US only, ben, le reste du monde peut pas écouter… On subodore une sombre histoire de droits.

Qu’importe, les français ne sont pas absents de la scène du streaming, allons du côté de Deezer… pas de chance, l’album n’y figure. Pas plus d’ailleurs que la majorité de ceux que Pitchfork distingue. Même chose chez Jiwa. Le CD est bien vendu chez Amazon et la Fnac, mais la encore, pas de téléchargement possible (juste une écoute d’extraits chez la Fnac). Attribuons la responsabilité de ça au label.
Autre essai avec l’album « Veckatimest » de Grizzly Bear (note 9.0) : idem chez nos streamers, inconnu. Presque idem chez nos « disquaires » : vendu, en écoute limitée chez les deux, mais téléchargeable chez Amazon.
Autre essai, « Actor » de St. Vincent : en écoute chez Deezer, inconnu chez Jiwa, vendu et téléchargeable en mp3 chez Amazon et la Fnac. Juste une remarque : le CD vaut 14,47€ chez l’un et 19€ chez l’autre, même prix (9,99€) pour les mp3… Puisqu’on parlait des USA, les prix chez Amazon US : 13,49$ le CD et 8,99$ les mp3, soit au change actuel : 9,50€ le CD et 6,33€ les mp3… Soit le CD moins cher que les mp3 chez nous ! Une telle distorsion sur les prix doit bien avoir une explication… notre TVA à 19,6% ? Pas seulement.

Voilà qui pourrait donner matière à réflexion à nos députés pour la loi Hadopi, si ce n’était trop tard.

Expérience à mener : acheter des mp3 sur Amazon US pour voir le prix final (pas de port, taxes ?)

Résultat de l’expérience : « Please note that AmazonMP3.com is currently only available to US customers. »

DeliciousEmailGoogle GmailPartager/Marquer

MP3 shopping

Les offres actuelles de la FNAC et d’Amazon, offrant le téléchargement d’albums  en MP3 pour 2,99 €, m’ont subitement motivées à passer le pas et à faire un test comparatif.

A première vue, avec 500 albums à ce tarif (contre 300 pour la FNAC) Amazon part grand favori, d’autant que sa boutique MP3 est rodée de longue date outre Atlantique.

Mais si la FNAC se montre un peu pingre en terme de volume , elle se rattrape sur le reste. Tout d’abord en terme de qualité, une partie des albums sont fournis avec un codage en 320 kbits (contre 256 kbits ou moins pour Amazon). Avec les quatre albums venant de la FNAC, j’ai la pochette et pour l’un une interview en vidéo du chanteur (Peter Doherty). Rien de tel pour les quatre provenant d’Amazon.

Enfin, le téléchargement se fait plus facilement dans la boutique française. Je rappelle que je suis sous Linux mais cela ne change rien de fondamental. Côté FNAC : une simple extension à Firefox sous forme d’un gestionnaire de téléchargement, rapide, facile. Côté Amazon : il faut télécharger une application « Amazon MP3 Downloader » qui existe en différentes versions selon les OS et les distributions Linux (pas toutes, juste les quatre plus diffusées aux Etats-Unis).Une fois installé c’est tout aussi simple mais beaucoup plus lourd et contraignant.

Cerise sur le gateau, si vous perdez vos fichiers MP3, la FNAC autorise de les télécharger  à nouveau… pas Amazon. On se demande à quoi sert l’historique des commandes, alors…

Évidemment, cette opération à 2,99€ est très limitée dans le temps, mais peut-être annonce-t-elle une vrai début de concurrence sur le secteur du téléchargement musical et le début de prix plus en rapport avec le service offert.